Épargnons-nous trop pour la retraite ?

Flying Canadian Dollar bills

Frederick Vettese est actuaire et associé chez Morneau Shepell. Il est co-auteur de The Real Retirement et auteur de Retirement Income for Life. Comme actuaire, il examine les chocs les plus usuels que nous devrons affronter durant la retraite. D’après ses conclusions, plusieurs Canadiens épargnent beaucoup trop pour la retraite, car ils envisagent des événements qui ne surviendront probablement jamais. Voici ses chiffres pour le prouver.  

Les chiffres parlent d’eux-mêmes

Si l’imprévu est vraiment imprévu, qui sait à quoi s’attendre ? La Société des actuaires est un bon groupe à qui le demander. En 2015, les actuaires ont décidé d’identifier les situations imprévues auxquelles sont confrontés les Américains à la retraite et comment ils y réagissent. Nous prenons pour acquis que les Canadiens pourraient vivre des situations semblables. « Lorsque j’ai regardé la liste, explique Vettese, les chocs semblaient se diviser en deux grandes catégories : « les chocs des liquidités » et les « chocs des désastres ». 

Les chocs des liquidités impliquent une perte soudaine d’avoirs (nos avoirs disponibles diminuent).
Une chute de 25 % ou plus de la valeur de la maison
L’épuisement des avoirs
Une perte de la valeur totale des économies de 10 % ou plus par suite de mauvaises décisions sur les placements ou de mauvais placements
La faillite

La perte de la maison par suite d’une forclusion   

Les chocs des désastres sont des événements qui nous forcent à dépenser (la demande d’argent augmente).   Fréquence
Réparations ou rénovations majeures  35%
Frais dentaires importants  26%
Importants frais déboursés pour les soins médicaux ou les médicaments sur ordonnance 8%
Urgence familiale 6%
Victimisation par fraude ou escroquerie   4%
Dommages importants à la maison par suite d’un feu ou d’un désastre naturel  2%
Divorce durant la retraite 2%

C’est peut-être une longue liste de menaces potentielles à la sécurité financière; par contre, Vettese souligne qu’il est possible d'éviter la majorité des « chocs des liquidités » en gérant efficacement le risque de placement. C’est là où un conseiller de la Financière des avocats peut vous aider. La majorité des « chocs des désastres » sont si peu fréquents qu’il est possible de les surmonter s’ils surviennent. De nombreux frais de soins médicaux et dentaires pourraient être pris en charge par les régimes d’assurance provinciaux ou personnels. Il est donc possible que des Canadiens économisent plus qu’il ne faut et qu’ils ratent l’opportunité de mieux profiter de la vie durant les premières années de retraite.  

Que suggère Vettese ?  Selon lui, « il semble que la grande majorité des retraités se débrouillent assez bien, malgré quelques chocs à la retraite. Je suggère donc qu’il ne faut pas mettre trop d’accent sur la question des imprévus en devisant une stratégie trop élaborée. » Il suggère de placer un tout petit pourcentage de son revenu de retraite chaque année pour se constituer un bas de laine pour les imprévus. Libre à vous de décider du montant à placer dans votre bas de laine, montant qui variera selon votre profil de retraité. Apprenez-en davantage sur le Budget de dépenses à la retraite d’après votre profil de retraité ici.

Pour en savoir davantage sur la façon de se préparer aux chocs de la vie pendant les années de retraite, prenez rendez-vous avec votre conseiller et demandez votre exemplaire gratuit du dernier livre de Frederick Vettese, Retirement Income for Life – Getting More Without Saving More